fbpx
Le témoignage de Sabrina atteinte d’un cancer du sein

Le témoignage de Sabrina atteinte d’un cancer du sein

Apprendre que l’on a un cancer n’est jamais chose simple. C’est pourquoi nous avons décidé de vous faire part de témoignages de personnes qui l’ont déjà vécu afin que vous puissiez vous rendre compte que cela peut arriver à tout le monde, que vous n’êtes pas seul(e) à traverser ceci. C’est important de se sentir soutenu et compris : que ce soit par vos proches ou par des personnes qui savent ce que vous vivez au quotidien.

Nous avons eu la chance de recevoir Sabrina Piazza, plus connue sous le pseudo @koeur_de_rose_ qui est une influenceuse très présente sur Instagram. Elle a très gentiment accepté de nous partager son expérience avec la maladie en espérant que cela puisse aider des personnes à comprendre certaines choses et à se sentir moins seules.

Voici son histoire !

Sabrina

La découverte de son cancer

Tout a commencé en mai 2019. Elle avait pour habitude de pratiquer l’auto palpation. Sauf que ce jour-là, quelque chose n’était pas normal. Elle a senti une plaque dure au niveau de son sein. Un peu confuse, elle se rend chez son médecin afin de contrôler cette masse. Le verdict était sans appel, quelque chose d’anormal était présent. C’est pourquoi son médecin a décidé de lui faire une série d’examens pour en savoir plus, quelques jours avant son départ en vacances.

Dans l’attente de ses résultats, Sabrina a décidé de partir en vacances avec sa fille âgée de 20 ans, sans inquiétudes, car elle n’imaginait pas que cela puisse être grave. Or, durant son voyage, elle a reçu un appel de son médecin pour lui dire qu’ils avaient effectivement bien trouvé quelque chose et qu’à son retour, il fallait qu’elle se rende au centre spécialisé d’Oscar Lambret à Lille. C’est dans ce centre qu’on lui a annoncé que c’était un cancer du sein triple négatif. Ce moment a été compliqué à vivre, cela a été comme un coup de massue parce qu’elle ne s’attendait pas à une telle nouvelle.

Cependant, elle a été bien entourée par le service médical qui a pris le temps de bien lui expliquer comment cela allait se passer, et surtout à quoi elle devait se préparer. Sabrina a été rassurée pour faire face au lourd traitement d’un an qu’elle devrait subir.

Pour l’accepter, elle s’est dit que ce sont des choses qui arrivent, que beaucoup de personnes sont passées par là et que cela se passerait bien. Donc il n’y a aucune raison pour que ce ne soit pas son cas. Elle a essayé de positiver comme elle le pouvait pour aller de l’avant.

Comment ses proches ont réagi à l’annonce de son cancer ?

Le moment le plus redouté après l’annonce, c’est de devoir le dire à ses proches. C’est une chose qui a été compliquée pour Sabrina car cela a été « comme une deuxième claque » pour elle. En effet, cela a généré beaucoup de tristesse, d’inquiétude, et même de la colère. Ce qui est normal en soi, mais cela la faisait prendre conscience que c’était une chose grave qui lui arrivait.

Cela n’a pas été évident pour elle de l’annoncer à ses proches, mais également à ses collègues de travail car elle a ressenti de la culpabilité. Elle se sentait mal parce qu’elle leur faisait de la peine.

« Surtout aux parents, de les voir effondrés, c’est compliqué. Il y a un sentiment de culpabilité, on s’en veut de leur faire vivre ça. »

Mais avec le recul et l’échange avec des personnes qui sont dans la même situation, elle s’est aperçu qu’elle n’y était pour rien, qu’elle ne l’avait pas choisi, mais que malheureusement elle devait faire avec.

Comment gérer les effets secondaires du cancer ?

En fonction des personnes, les effets secondaires varient. La première cure de chimiothérapie est la plus difficile en terme d’effets secondaires. Durant celle-ci, elle a ressenti beaucoup de fatigue, accompagnée de forts maux de tête et d’une douleur au cuir chevelu. D’autres personnes peuvent ressentir par exemple, des nausées ou encore des pertes d’appétit. Cela est vraiment aléatoire. L’équipe médicale lui a donc précisé de se préparer à toute éventualité.

Le plus compliqué à vivre reste la perte des cheveux. C’est une épreuve qui peut être traumatisante car cela change l’image que nous avons de nous, notre reflet n’est plus le même. Ce qui implique que nous nous reconnaissons plus. Peu de personnes y échappent. Les médecins ont précisé à Sabrina que cela arriverait à partir de 3 semaines généralement. Pour se parer à cela, on lui a recommandé d’aller d’ores et déjà acheter sa prothèse capillaire ou un accessoire textile comme un turban ou bonnet afin de ne pas se faire prendre au dépourvu.

Elle a tout de même testé le casque réfrigérant qui permet le ralentissement de la perte de cheveux. Cependant, elle se retrouvait le soir avec de forts maux de tête causé par le traitement, mais également par le casque selon elle. Elle a pris la décision de l’arrêter car ses cheveux commençaient déjà à tomber. Après la 2ème cure, elle perdait énormément ses cheveux. C’est pour cela qu’elle s’est rendu chez son coiffeur afin de tout raser pour être tranquille. C’était pour elle la meilleure décision à prendre et elle ne l’a pas regretté. En effet, à partir de cet instant, elle a commencé à porter sa prothèse capillaire qu’elle avait préalablement achetée. Pour savoir quelle option lui convenait le mieux, elle n’a pas hésité à tester les différentes solutions qui lui étaient proposées.

Encore aujourd’hui, Sabrina porte sa prothèse capillaire et elle accepte la situation ainsi que sa nouvelle image, qu’elle n’hésite pas à partager sur les réseaux sociaux.

Sabrina Piazza

Sabrina porte sur cette photo la prothèse capillaire Mathilde, 100% remboursée par l’assurance maladie et le turban avec son foulard Bona.

Son remède : les réseaux sociaux

À partir d’un certain moment, Sabrina a ressenti le besoin de s’exprimer, de mettre des mots sur ce qu’elle ressentait. Et pour cela, les réseaux sociaux ont été la meilleure solution. En effet, elle s’est lancée en se disant que si cela pouvait aider quelqu’un alors pourquoi pas ! Le challenge était ambitieux, mais ce n’est pas ce qui comptait pour elle. Le plus important était vraiment d’apporter un soutien et des réponses aux personnes qui étaient dans le besoin.

Les réseaux sociaux lui ont permis de faire de vraies rencontres et d’avoir des opportunités qu’elle n’aurait peut-être pas eues sans tout ceci. Tout s’est mis en place spontanément et ça l’a beaucoup aidé à avancer. C’est une communauté où le soutien est très présent.

Le message qu’elle essaye de transmettre tous les jours est qu’on peut traverser la maladie en étant féminine, mais ce n’est pas que ça. Malgré cette vague positive, il y a beaucoup de moments où l’on se sent mal, où on a peur de ce qu’il peut se passer. C’est pour cela que Sabrina est très transparente sur ses réseaux car elle ne veut pas minimiser la maladie et montrer que c’est normal de connaître des moments difficiles.

Pour se motiver chaque jour, elle se répète « Aie confiance », que de belles choses arrivent et qu’il faut donc avoir confiance en la vie.

C’est important pour elle car c’est ce qui lui permet de se lever chaque jour et de continuer à être ambitieuse dans la vie. Elle a plein de projets en tête et aimerait faire une reconversion professionnelle car d’après elle « il y a un pendant, mais surtout un après ». Elle est consciente qu’elle ne peut exercer de la même manière son métier d’assistante sociale. Sabrina voudrait se former afin de pouvoir apporter son aide aux personnes qui traversent la même chose. Les médecins sont très compétents, mais une personne qui a vécu la maladie sait ce que l’on ressent intérieurement et c’est important pour Sabrina d’apporter son soutien pour que les patientes se sentent entièrement comprises.

réseau sociaux koeur_de_rose_ 1001PERRUQUES

 

Nous souhaitons tout le bonheur possible à Sabrina qui a accepté de collaborer avec nous pour ce témoignage. Nous espérons qu’avec cette histoire, vous vous retrouvez un petit peu et que cela vous a apporté quelques réponses à vos questionnements. Sabrina (@koeur_de_rose_) reste à votre disposition si vous avez des questions, ou tout simplement si vous avez envie d’échanger avec elle. Si vous voulez vous aussi nous faire part de votre expérience avec la maladie, n’hésitez pas à nous contacter sur le mail suivant : [email protected]. Cela serait avec grand plaisir !

Back to Top
error

Suivez-nous sur les réseaux :